Amnesty international : Nous devons parler de la Turquie

0
722

Aujourd’hui, en Turquie, il est dangereux de dire ce que vous pensez

Alors que la Turquie vit sous l’état d’urgence depuis près de deux ans, les défenseurs des droits de l’Homme du pays vivent dans un climat de peur constant. Chacun d’entre eux a été détenu, poursuivi ou menacé, ou connaît beaucoup d’autres qui l’ont été.

Ils font attention à ce qu’ils disent, écrivent ou tweetent. Ils ont de petits sacs prêts au cas où à l’aube, on frapperait à leur porte, la police venant les emmener.

Leurs organisations ressentent également la pression, certaines ont même été sommairement fermées, laissant des pans entiers de personnes ayant besoin de leur soutien également sans voix.

Et rien de tout cela n’est accidentel. C’est une tentative délibérée de démanteler la société civile indépendante.

C’est pourquoi nous devons parler de la Turquie

Nous devons parler de la façon dont une répression à l’échelle nationale a abouti à des arrestations et à des licenciements massifs, à l’élimination du système judiciaire et à l’étouffement des voix dissidentes par des menaces, harcèlement, poursuites et emprisonnement.

Un climat de peur et d’intimidation

Depuis la tentative de coup d’État avortée de juillet 2016, plus de 100 000 personnes ont fait l’objet d’enquêtes criminelles et de poursuites éventuelles, et plus de 50 000 personnes ont été emprisonnées dans l’attente de leur procès. La Turquie est également le plus grand geôlier de journalistes, avec plus de 120 se trouvant derrière les barreaux, simplement pour faire leur travail.

Ceux qui continuent de s’exprimer et de défendre les droits de l’homme en Turquie paient un lourd tribut.

Être exposé à des campagnes de dénigrement sur les médias sociaux et dans les médias pro-gouvernementaux n’est souvent qu’un début. À tout moment, ils pourraient être arrêtés et se retrouver en prison pendant des mois pour des accusations sans fondement. Ce climat de peur conduit à l’autocensure. Les activistes commencent à hésiter à élever la voix, sachant qu’ils pourraient être jetés en prison pour ce qu’ils disent.

Comme l’a déclaré l’avocate des droits de l’homme, Eren Keskin, à Amnesty: « J’essaie d’exprimer librement mes opinions, mais je suis également très consciente de penser à deux fois avant de parler ou d’écrire

Elle est actuellement confrontée à plus de 140 poursuites distinctes pour des articles publiés lorsqu’elle était rédactrice en chef symbolique du journal Özgür Gündem.

Retour en 2016, le gouvernement turc a établi un «état d’urgence». Il était destiné à protéger les gens après une tentative de coup d’état sanglant – mais au lieu de cela, il donnait au gouvernement la possibilité de diriger le pays avec une puissance dangereuse et incontrôlée.

Les gens en Turquie vivent maintenant dans un climat de peur et d’intimidation, où le gouvernement qui devrait les protéger viole leurs droits.

Le gouvernement utilise leur pouvoir pour faire taire et emprisonner les défenseurs des droits de l’homme, journalistes, avocats et universitaires, y compris le président honoraire d’Amnesty Turquie Taner Kılıç emprisonné depuis juin 2017. C’est une tactique délibérée, destinée à intimider et à faire taire ceux qui remettent en question les actions du gouvernement.

Mais des millions de personnes comme vous parlent en Turquie et ne seront pas réduits au silence: ensemble, nos voix sont fortes et nous pouvons exiger la fin du climat de peur du gouvernement.

Des centaines d’ONG ont été définitivement fermées, privant ceux qui en ont besoin d’un soutien vital – parmi eux, des personnes LGBTI, des femmes victimes de violence, des enfants et des réfugiés. Le système juridique est cassé. Les gens ne font plus confiance aux tribunaux parce qu’ils ne sont pas libres et indépendants.

Les gens en Turquie doivent avoir la liberté de s’exprimer, de discuter de questions qui leur tiennent à cœur et de défendre les droits de l’homme sans crainte. Ils doivent pouvoir vivre dans une société juste et sûre pour tous.

LES POURSUITES INJUSTES

Les lois antiterroristes sont utilisées pour criminaliser et emprisonner ceux qui défendent les droits de l’homme ou expriment des opinions dissidentes, dans le but de les faire taire.

L’un d’entre eux est l’avocat des droits des réfugiés, Taner Kılıç, membre fondateur et président honoraire d’Amnesty International Turquie. Il a été arrêté le matin du 6 juin 2017 et envoyé en prison trois jours plus tard.

La principale accusation portée contre lui est qu’il aurait téléchargé et utilisé l’application de messagerie cryptée ByLock, qui, selon les autorités, a été utilisée par ceux qui ont mené la tentative de coup d’État. Cependant, quatre rapports d’experts distincts montrent que Taner n’a jamais téléchargé ou utilisé l’application.

Plus choquant, presque un an après, l’accusation n’a fourni aucune preuve à l’appui de leur accusation. Et en tout cas, la présence d’une application de messagerie sur un téléphone ne peut être considérée comme une preuve d’une infraction de « terrorisme ».

Le personnel d’AI France a protesté contre l’arrestation et la détention du directeur d’AI Turquie Idil Eser, du président d’AI Turquie, Taner Kiliç, et de 9 autres défenseurs des droits humains à l’ambassade de Turquie à Paris le 10 juillet 2017.

Depuis la tentative de coup d’Etat avortée en juillet 2016, la Turquie a renouvelé son état d’urgence à sept reprises. L’état d’urgence permet essentiellement au gouvernement de gouverner sans freins et contrepoids, en émettant des décrets exécutifs.

Ces décrets exécutifs ont force de loi et ne font l’objet d’aucun contrôle de la part du Parlement ou des tribunaux.

Fondamentalement, le gouvernement peut faire ce qu’il veut

Malheureusement, ils choisissent de violer les droits des personnes en Turquie, plutôt que de les protéger. Les autorités utilisent l’excuse de la «sécurité nationale» pour piétiner les droits durement acquis, tels que la liberté d’expression, la protestation pacifique et l’association.

Les chiffres ci-dessous illustrent malheureusement la détérioration de la situation des droits de l’homme en Turquie après la tentative de coup d’Etat manquée.

LA RÉPRESSION EN CHIFFRES

Orhan Kemal Cengiz est un défenseur des droits humains, un avocat et un journaliste. Il est membre fondateur de plusieurs organisations de défense des droits humains, dont l’Human Rights Agenda Association et le Civil Society Development Centre, qui œuvrent pour la protection de la liberté d’expression, la prévention de la torture, la promotion des droits économiques, sociaux, culturels et des minorités. , ainsi que la fourniture d’un soutien aux organisations non gouvernementales turques.

Un système juridique cassé

Aujourd’hui, les procès équitables semblent être un rêve de plus en plus lointain en Turquie. On estime que plusieurs centaines d’avocats font l’objet de poursuites pénales dans le cadre de la répression après le coup d’État. Cela fait partie des attaques en cours contre le système judiciaire, où des juges, des procureurs et d’autres fonctionnaires ont également été pris pour cible.

Le défenseur des droits de l’homme, journaliste et avocat Orhan Kemal Cengiz le sait très bien. Il a été arrêté en juillet 2016 et inculpé de «tentative de renverser l’ordre constitutionnel», de «tentative de renverser le Parlement et le gouvernement ou de les empêcher d’accomplir leur travail» et de «faire partie d’une organisation terroriste armée». Ce sont des accusations passibles de la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.

Cengiz a déclaré à Amnesty que, après la décision de la Cour constitutionnelle sur Mehmet Altan, l’un de ses clients, il a écrit un tweet saluant le résultat : « J’ai immédiatement reçu des messages de personnes disant : » à quoi pensez-vous ? Il vous mettront en prison

Lorsque les défenseurs des droits humains sont pris pour cible, emprisonnés, bâillonnés et réduits au silence, les conséquences ne sont pas dévastatrices pour eux. Les personnes les plus exposées au risque de violations des droits de l’homme, telles que les personnes LGBTI, les victimes de la violence sexiste et les enfants, sont privées de soutien vital dans leur lutte pour défendre leurs droits.

L’Association des femmes de Van (VAKAD) était une organisation dynamique qui travaillait à prévenir la violence contre les femmes et les filles dans la région kurde de Turquie. Ils ont été fermés en vertu d’un décret exécutif le 22 novembre 2016. Aujourd’hui, personne ne fait ce travail vitale dans la région.

LES ASSOCIATIONS LGBTI LUTTENT CONTRE L’INTERDICTION DE MANIFESTER

L’impact de la répression sur la société civile est immense, y compris pour la communauté LGBTI. Une fois que les organisations LGBTI vibrantes et en pleine expansion ont l’impression d’être refoulées une fois de plus.

Elles ont signalé une forte augmentation des campagnes d’intimidation et de harcèlement, ciblant des individus et des événements planifiés.

Avec la répression globale de la liberté d’expression, les personnes LGBTI + ont le sentiment que les espaces pour qu’elles soient elles-mêmes se réduisent drastiquement.

Le défilé de la fierté à Istanbul était autrefois une fantastique démonstration de confiance et de diversité, avec une participation croissante d’année en année. Cependant, il est interdit depuis trois ans. A Ankara, tous les événements LGBTI sont interdits depuis novembre 2017.

Défendre les droits de l’homme dans les régions kurdes de Turquie

Parler au nom des droits de l’homme du peuple kurde a toujours été une entreprise périlleuse en Turquie. Dans le climat de peur d’aujourd’hui, les défenseurs des droits de l’homme dans le sud-est de la Turquie ressentent très fortement les effets effrayants de la répression.

Les quelques voix indépendantes qui défendent encore les droits de l’homme dans la région vivent avec une menace encore plus grave et toujours présente de détention et de poursuites judiciaires.

La défenseur des droits humains et journaliste Nurcan Baysal a été brièvement arrêtée et interrogée en janvier 2018 au sujet de cinq tweets sur l’opération militaire de la Turquie à Afrin, dans le nord de la Syrie. En mai, elle comparaîtra en cour, accusée d' »incitation publique à la haine».

Je crois que les gens de tous les milieux et de toutes les convictions politiques qui se sont présentés au palais de justice le jour de ma comparution ont joué un rôle dans ma libération de la garde à vue. Cela a montré que je ne suis pas seul.

Il est possible de changer de cap

La Turquie peut et doit lever l’état d’urgence et les décrets d’accompagnement qui vont au-delà des mesures légitimes pour combattre les menaces à la sécurité nationale.

Les défenseurs des droits humains emprisonnés doivent être libérés. Ils devraient être en mesure de faire leur travail, sans crainte et sans persécution, sans menace d’emprisonnement ou de poursuites.

Et la communauté internationale devrait utiliser tout son pouvoir et son influence sur la Turquie pour aider à créer un environnement où les droits et ceux qui les défendent sont respectés.

Source 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici