Membre de la KJK, Çiğdem Doğu : il est temps que les travailleurs s’unissent le 1er mai

0
858
KURDISTAN SUD, BEHDINAN – Membre de la coordination du KJK (Communauté des femmes du Kurdistan), Çiğdem Doğu a parlé à l’ANF des célébrations du 1er mai de cette année.
 
Doğu a commencé en déclarant que « le fascisme de l’AKP-MHP ne sera vaincu qu’avec l’unité de tous les secteurs démocratiques« .
 
« Cette année, nous célébrons le 1er mai pour contrer l’état d’urgence. »

Doğu a ensuite déclaré ce qui suit :
 
Les femmes et les ouvriers se trouvent sous la plus terrible exploitation. D’un autre côté, la société se retrouve au chômage et exploitée.
 
Nous saluons tous les travailleurs, les paysans et les opprimés. Le Premier Mai 2018, surtout du point de vue de nos travailleurs en Turquie et au Kurdistan, et du point de vue de nos femmes, marque un processus et un moment très importants.
 
Parce que nos peuples du Moyen-Orient, de la Turquie et du Kurdistan font encore face à beaucoup de répression et connaissent une grande injustice. Les mêmes vieilles politiques de génocide sont approfondies et imposées au peuple kurde. Il y a une grande guerre.
 
La guerre menée au Moyen-Orient, en Turquie, au Kurdistan affecte principalement les femmes, les travailleurs, les prolétaires et les paysans. Il les affecte sur diverses dimensions telles qu’en économie, culture et cela affecte leur style de vie.
 
De plus en plus de travailleurs sont confrontés à la pression, incapables de s’exprimer. En Turquie, l’AKP et le MHP ont fait une alliance fasciste. En particulier, alors que nous assistons à un processus que nous appelons «Troisième guerre mondiale», nous constatons qu’il y a un grand chaos et une crise dans la région. L’AKP est le principal responsable de ce chaos. L’AKP a combattu les Kurdes en particulier. La guerre d’Afrin a ouvert la guerre non seulement contre les Kurdes, mais aussi contre les travailleurs et les prolétaires en Turquie.
 
Aujourd’hui, quand nous regardons les indicateurs économiques de la Turquie, nous pouvons voir que le pays est déjà dans une situation de faillite complète. La production semble être très faible. Pendant des milliers, des dizaines de milliers d’années, des terres anatoliennes et mésopotamiennes, les terres du Kurdistan ont bercé les peuples, les sociétés, les femmes, l’humanité qui jouissaient de la grande fertilité de ces terres.
Mais quand nous regardons le stade que nous avons atteint aujourd’hui, nous pouvons voir qu’il n’y a plus rien en Turquie et au Kurdistan quand il s’agit d’agriculture et de fabrication. C’est complètement dépendant de l’extérieur. Les secteurs production telles que la culture du blé et l’élevage, qui sont des secteurs de production de base, dépendent entièrement de l’extérieur. Ils ont essentiellement mis fin à la paysannerie, à l’agriculture et à la terre.
 
Surtout pendant la période AKP, l’exploitation a atteint un stade critique. Les travailleurs sont ignorés : les gens sont complètement exploités et condamnés à la pauvreté. Les travailleurs sont exploités pendant des heures et payés avec des salaires les plus bas. Les femmes en particulier sont exploitées et sont celles qui souffrent le plus de cette situation.
 
En dehors de cela, nous voyons des gens qui travaillent comme des sous-traitants. Les gens sont employés sans aucune garantie de sécurité. Encore une fois, quand il s’agit de la sécurité de la vie, nous voyons la situation des travailleurs tous les jours : il y a un massacre, la mort sur le lieu de travail est un fait quotidien. Ceci, bien sûr, n’est pas acceptable. Un travailleur de la construction, qui travaille pour pouvoir manger, mais son avenir est incertain. Il n’y a pas de sécurité de la vie. Ceci montre la valeur que le système attache aux gens. Le massacre de Soma* est le meilleur exemple de cela. Le système AKP est un système qui permet aux gens de mourir et d’être massacrés.
 
Après la tentative du coup d’État militaire du 15 juillet, des milliers de personnes, des dizaines de milliers de personnes, ont été accusées d’être des partisans de Fetullah Gulen. Sans raison, les gens ont été licenciés par des pratiques arbitraires. Il n’y a aucune garantie même si vous êtes un fonctionnaire. Beaucoup de gens ont été appelés « terroristes », « adeptes de Gulen », « membres du PKK ». Le chômage a augmenté. Les rues sont remplies de chômeurs, en particulier dans les rues du Kurdistan. Le chômage est un signe du degré de corruption d’un pays. Donc, si une personne, une société ne peut pas travailler, ne peut pas produire, alors la société est altérée. Cela signifie éprouver une corruption très sérieuse.
 
Le fascisme a opprimé les femmes de différentes manières. La maternité est le plus gros travail, mais la maternité a été transformée en entreprise. Elle a été transformé en une question de politique par l’AKP. Bref, si l’on regarde ce qui se passe, il y a un niveau d’exploitation terrible en termes de travail des femmes, en termes de travail général de la société, des travailleurs, des paysans.
 
L’exploitation existante n’est pas seulement contre les travailleurs et les prolétaires, il y a aussi une grande exploitation de la nature et de la société. La nature est exploitée, la nature est un travailleur social. Le capitalisme, l’impérialisme n’ont laissé aucun arbre, aucune forêt, aucune source d’eau, aucun morceau de terre en Anatolie, au Kurdistan. Ils les ont offerts à la vente. Ils ont détruit la production et tout transformé en entreprise.
 
L’AKP et le MHP ont tout transformé en commerce et en revenus indu. Tout est devenu un outil de guerre. En fait, tout est devenu une guerre contre la collectivité. Il y a une grande guerre contre les femmes. Pour cette raison, il est temps pour les travailleurs de s’unir contre l’AKP et MHP le 1er mai si nous voulons mettre fin à ce système.
 
Puisque le premier mai est un jour d’unité, de lutte, de résistance, il est nécessaire de le voir d’une manière qui corresponde à sa signification. Tous les secteurs affectés devraient être organisés et se rassembler, si nous voulons contrer ce système, le fascisme et leur guerre contre la collectivité, contre le travail. Pour contrer le fascisme de l’AKP, nous devons intensifier notre lutte.
 
En particulier, il est temps pour les femmes de s’unir sur le front révolutionnaire : le Premier Mai pourrait être la bonne opportunité. Parce que ce système rendait la vie insupportable. Cela l’a amené à un niveau suffocant. Le système travaille pour rendre la vie difficile pour l’humanité; il essaie de créer une vie où il n’y a pas de place pour la démocratie, pour un travail décent. Pour tout cela, il est temps d’élever nos voix contre elle.
 
Les territoires de la Turquie et du Kurdistan ont payé avec des martyrs et un lourd tribut pour défendre le 1er mai. C’est un jour de résistance, de solidarité et de lutte.
 
Alors, célébrons ce 1er mai partout pour montrer notre volonté forte. Que ce ne soit pas seulement une célébration mais le début d’un processus de transformation. Nous devons nous transformer en un front révolutionnaire, démocratique et du côté des travailleurs.
Massacre de Soma : 301 mineurs sont morts le 13 mai 2014 dans un éboulement provoqué par une explosion dans une mine de charbon en Turquie, dans la ville de Soma, près d’Izmir.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici