Un descendant d’Arméniens : Nous avons été anéantis pour construire un Etat pour les Turcs

0
959

ROJAVA, QAMISHLO – Werjan Sahakiyan, âgé de 65 ans, a perdu ses sept oncles lors du massacre de 1915 où ils ont été assassinés avec leurs femmes et leurs enfants, le seul survivant de la famille étant son père. « L’Etat ottoman voulait construire un Etat turc, alors il a essayé de nous détruire et de nous exterminer« , a-t-il déclaré.

 Le 24 avril 1915 était le jour du génocide du peuple arménien

Le 24 avril 1915, l’Empire ottoman arrêta à Istanbul (Constantinople) 240 intellectuels arméniens, tuant certains d’entre eux et exilant l’autre partie du pays. Le massacre, qui débuta le 24 avril, se poursuivit par l’extermination physique jusqu’à l’automne 1916, tandis que la déportation et l’exil continuèrent jusqu’en 1923. Le résultat fut l’assassinat d’un million et demi d’Arméniens, et des centaines de milliers d’entre eux furent déportés en Syrie. Avant 1915, l’Empire ottoman a commis deux autres massacres contre le peuple arménien. Le premier massacre a commencé en 1894 et a entraîné la mort d’au moins 80 000 Arméniens et l’exil de centaines d’autres. En prolongement du massacre initié par l’Empire ottoman en 1905, beaucoup d’Arméniens ont été tués à Adana. Le but; cependant, n’était pas seulement d’exterminer le peuple arménien. Le 24 avril 1915, l’Empire ottoman, sous le nom de « Kılıç « Seyfo » (mouvement d’une épée), a tué et exilé quelque 300 000 Assyriens. L’objectif était de construire un Etat islamique et la première victime était les Arméniens, les Syriaques et les Assyriens, et ensuite le l’épée islamique turc a été dirigée vers le cou des Kurdes.

Un des descendant d’Arméniens tués et exilés en Syrie dans le génocide de 1894 et celui de 1915 est Sahakiyan, âgé de 65 ans. L’histoire tragique de la famille Sahakiyan est une goutte d’eau dans l’océan des crimes brutaux de l’Empire ottoman. Sahakiyan, qui vit maintenant dans la ville de Qamishlo, a parlé à l’ANHA de ce qui s’est passé avec sa famille.

« Ils ont traité mon père dans un camp pour les blessés »

Avant 1894, le grand-père de Werjan déménageait de Sason à Alep, où il avait ouvert un magasin et allait rendre visite à sa famille à Sason une fois tous les six mois. Après le massacre de 1894, il a été empêché d’aller à Sason jusqu’à 1895. La famille de Dekran Sahakiyan avait gardé sept de ses fils avec leurs familles à Sason jusqu’au massacre de 1915. « Après l’exil de mon grand-père, en 1915, l’Empire ottoman a pris d’assaut la maison familiale de Sason, où vivaient mon père et mes oncles, et toute ma famille a été tuée, mes sept oncles ont été massacrés avec leurs femmes et Malgré ses blessures, mon père a réussi à atteindre les gens de Sason qui partaient, et ils ont emmené mon père dans un camp blessé à Alep pour recevoir un traitement, et à l’époque, mon père avait 13 ou 14 ans. Une fois remis de ses blessures, mon père travaillait dans la ligne de chemin de fer. »

« Je ne voulais plus m’éloigner de ma famille »

Après l’occupation française de la Syrie, un chemin de fer entre Alep et Qamishlo a été établi, et le père de Sahakiyan a déménagé à Qamishlo où il s’est marié et a donné naissance à deux enfants, l’un d’eux est Sahakiyan. Après avoir atteint l’âge de 16 ans, il est allé au Liban et a étudié au Département de Techniques et s’est spécialisé dans le domaine de l’horlogerie. « Je suis allé du Liban en Amérique, mais ma famille était la chose la plus importante que j’avais, alors je suis retourné à elle », a déclaré Sahakiyan, qui a perdu sa famille dans le massacre, incapable de rester loin de son père, le seul survivant de la famille, alors il est retourné à sa maison à Qamishlo. « Tous mes proches ont été tués et je voulais retourner vivre avec mon père, ma mère et mon frère.« 

« Nous n’avons pas apprécié une belle journée »

« Les habitants de l’Empire ottoman voulaient construire un Etat turc et ils considéraient les autres nationalités comme un danger pour eux », a déclaré Sahakiyan. « Nous ne nous sommes opposés à personne. »

« Les Kurdes, les Arabes et les Arméniens vivent tous ensemble avec amour »

Shahakiyan a quatre enfants, mais ses fils et sa femme vivent en Amérique. Sahakiyan ne veut pas quitter la maison de son père. Quand il travaille dans sa boutique, il apprécie la compagnie de ses voisins, qu’ils soient kurdes ou arabes, ils passent du temps ensemble. « J’ai ouvert un magasin de montres sur le marché depuis 40 ans, j’ai des voisins kurdes et arabes, et ces gens m’ont apporté beaucoup d’aide et de soutien, peut-être que nous sommes différents en religion ou en nation, mais cela ne veut pas dire que les gens deviennent les ennemis les plus acharnés. Le plus important, c’est l’humanité », a-t-il déclaré.

source 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici