SHEHBA: Le village detruit de Babens devenu le refuge de 2 184 familles d’Afrin

0
738

SHEHBA – Le village de Babens, détruit à la suite des batailles précédentes, accueille actuellement 2 184 familles estimées à 12 241 réfugiés d’Afrin qui ont été chassés par l’invasion turque.

Les Kurdes d’Afrin, qui ont quitté leurs foyers dans le contexte de l’invasion turque et des vols, pillages et destructions de ce qui reste de leurs biens dans la ville, travaillent dur pour satisfaire leurs besoins quotidiens, et donc contraints de vivre dans des maisons détruites pour s’organiser.

Le village de Babens, au nord-est du canton de Shehba lié au district de Fafin, a été libéré de Daesh fin 2016. Aujourd’hui, il accueille 2 184 familles d’Afrin, estimées à 12 241 personnes, dans des maisons, des boutiques et des magasins détruits.

ANHA a rencontré les réfugiés du village pour connaître les souffrances qu’ils endurent et leur mécanisme de résistance, à travers la formation de comités de service pour assister certains d’entre eux et pour recevoir et distribuer l’aide.

Une des personne rencontrée est Shiraz Yusuf. Elle a déclaré : « Certaines familles n’avaient même pas de choses simples pour la vie quotidienne. Nous avons formé des comités dans le village pour suivre la situation des parents et nous communiquons avec la communauté kurde du Croissant-Rouge pour fournir l’assistance et les fournitures nécessaires à la population, et le Croissant-Rouge du Kurdistan a également fourni l’assistance dont ils ont besoin. »

Shiraz Yusuf a ajouté qu’ils souffrent beaucoup en ce qui concerne les matériaux qui ne sont pas disponibles, indiquant l’approche de l’été et la propagation des insectes, à cause de la saleté et des déchets accumulés dans le village. « Maintenant, les enfants souffrent de la toux à cause de la pollution de l’air », et a appelé les organisations humanitaires et médicales à intervenir rapidement pour les soutenir. « Les civils sont vulnérables aux maladies infectieuses en raison du manque de médicaments pour les patients », a-t-elle déclaré.

Une autre femme, Fidan Hassan, qui vit avec une autre famille, dont 6 enfants, dans une maison détruite, sans fenêtres, ni portes, a déclaré : « Depuis près d’un mois, nous vivons dans cette maison détruite que nous avons nettoyé de la saleté accumulée et la destruction. En plus des mouches largement répandues, les serpents et les rongeurs sortent autour de la maison, nous avons peur de la piqûre à cause de l’absence de murs ou de portes pour nous protéger. Il n’y a personne qui voit notre tragédie et souffrance pour nous tendre la main ? » Elle a également exigé la fin de l’occupation d’Afrin pour y revenir.

« La maison où je vis, avec mes enfants et mon mari, l’un de ses murs s’est effondré seulement parce que mon voisin s’y est appuyé. Mes enfants et moi avons failli mourir. Le reste des murs est également menacé de s’effondrer. L’assistance fournie par les comités du village ne répond qu’à une petite partie de nos besoins, nous voulons retourner à Afrin », a déclaré Gulistan Bilal, une autre réfugiée d’Afrin.

source 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici