« De Shengal à Afrin »

0
618

De Shengal à Afrine

Les bras forts signent la mort des anges, effacent la puissance de la force maternelle – qui ne sait rien faire avec le bras affaibli pour l’enfant agonisé – signent leur marchandises… La femme «esclave» regarde droit dans les yeux de l’humanité pour dire que ce n’est pas elle l’esclave ! Mais l’humanité elle même est l’esclave de sa cruauté, de sa lâcheté, de son indifférence… de son avarisme, de son ignorance…

Djamila Gassoian, artiste kurde

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici