SHEHBA: Risques sanitaires élevées pour les réfugiés d’Afrin

0
686
SHEHBA – Les civils d’Afrin qui ont dû se réfugier vers Shehba en raison des attaques de l’invasion turque sont confrontées à des risques sanitaires élevées. De nombreuses personnes, dont des enfants, ont perdu la vie en raison de mauvaises conditions de vie.
Des centaines de milliers de personnes qui ont été forcées de fuir leur foyer à Afrin devant  les attaques d’invasion de l’Etat turc et ses jihadistes alliées vivent dans des conditions difficiles. Le centre-ville d’Afrin a été envahi le 18 mars forçant les civils à laisser leurs maisons et leurs biens derrière eux et fuir la ville pour éviter d’autres massacres.
 

La plupart des gens ont cherché refuge dans la région de Shehba, et certains se sont installés dans les camps de Serdem et de Berxwedan installés dans la région, mais la majorité des migrants restent encore dans les mosquées, les écoles et les maisons abandonnées. La région de Shehba a récemment été libérée des gangs, de sorte que les ressources y sont encore limitées.
Avec des centaines de milliers de migrants arrivant en quelques jours, les ressources s’épuisent, et avec l’arrivée de l’été, la chaleur excessive a provoqué des maladies.
 
PAS D’AIDE INTERNATIONALE
 
Hevi Hesen Ibrahim, Coprésident du Conseil Autonome Démocratique du Canton d’Afrin, a parlé à l’ANF des problèmes et des besoins des migrants d’Afrin à Shehba.
Ibrahim a déclaré qu’il n’y avait pas d’organisations de santé ou d’institutions internationales qui accompagnaient les civils d’Afrin lorsqu’ils ont quitté la ville et a déclaré : « Beaucoup d’enfants et de personnes âgées ont perdu la vie en chemin« .
 
Les habitants d’Afrin ont lutté pour survivre à Shehba pendant un mois. Le conseil autonome du canton d’Afrin répond à certains besoins vitaux, mais ceux-ci sont limités au pain et à l’abri.
 
Ibrahim a déclaré : « Mais aucune aide ou soutien n’a été fourni par une institution internationale ou des organisations de défense des droits humains pour ce peuple à ce jour. L’organisation de migrants et la Croix-Rouge ont organisé au total une visite, ce qui ressemblait plus à un geste symbolique, comme donner l’aumône. Il est honteux de parler de ce qu’ils ont donné, compte tenu des besoins. »
 
DE NOMBREUX ENFANTS SONT MORTS EN RAISON DU MANQUE DE RESSOURCES & DE MÉDECINE
 
Actuellement, il y a deux camps dans la région et quelque 1.000 familles y ont été installées. Mais des centaines de familles vivent encore dans des mosquées et des maisons abandonnées. Ibrahim a déclaré : « Chaque jour, des enfants et des malades chroniques perdent la vie à cause d’un manque de ressources et de médicaments.« 
 
Ibrahim a également appelé à l’aide: « Nous faisons appel à notre peuple, avant tout. Shehba est un motif de résistance. Ils devraient soutenir les gens d’Afrin. Nous avons envoyé des dizaines de lettres à des organisations humanitaires. Les mois d’été arrivent. De nombreuses maladies apparaîtront à cause de la chaleur. Les organisations de santé devraient venir ici. Aucun comité n’est encore arrivé. Nos gens devraient continuer leurs protestations, ils devraient faire en sorte que les décideurs entendent la voix du peuple d’Afrin. Il devrait y avoir une décision internationale pour défendre les habitants d’Afrin à Shehba. Nous voulons également retourner sur nos terres sous la supervision d’observateurs internationaux et de la défense. »
 
DES DIZAINES DE PATIENTS EN ATTENTE DE TRAITEMENT
 
Ibrahim a déclaré que quelque 200.000 réfugiés à Shehba sont confrontées à un risque pour leur vie : « Tous les besoins vitaux font défaut. En tant qu’administration autonome, nos ressources ne suffisent pas à répondre à tous les besoins de la population. »
 
PROCHE DE 200 PEUPLES SÉVÈRES
 
Ibrahim a déclaré que certains patients sont gravement malades et a ajouté : « Nous n’avons pas les moyens de les traiter dans ces conditions. Il y a une liste de 150 à 200 personnes gravement malades, qui devraient être amenées à divers endroits où elles peuvent recevoir un traitement hospitalier. Nous avons fait appel à de nombreux endroits pour que ces patients reçoivent un traitement comme ils le devraient, mais nous n’avons pas reçu de réponses à ce jour. Les routes doivent être ouvertes pour ces patients. Donc, pour cela, nous disons que les organisations médicales devraient venir observer la situation de première main. Beaucoup de gens n’ont pas à attendre leur propre mort juste parce que vous ne pouvez pas vous décider. »
 
RISQUE D’ÉPIDÉMIE
 
Ibrahim a déclaré que les conditions d’hygiène dans les terrains de camping et d’autres endroits sont mauvaises, de nombreuses maladies sont apparues : « Nous voyons beaucoup de cas d’infections (plaies qui apparaissent sur le corps à cause de la chaleur et de la saleté pendant les mois d’été). Il y a aussi la rougeole et d’autres maladies liées à la chaleur estivale. Il y a un grand risque. Nous avons besoin de comités de médecine et de santé. Nous avons besoin de médicaments contre les moustiques. Nous avons besoin de lait pour les nourrissons. En ce sens, tout le monde et toutes les institutions devraient soutenir les habitants d’Afrin. »
source : https://anfenglish.com/rojava/health-risk-for-people-from-afrin-in-shehba-26193

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici