« Ni Poutine ni Trump ne devraient avoir quelque chose à dire en Syrie »

0
631
Entretien avec Nilüfer Koc concernant l’occupation turque à Afrin, l’axe Moscou-Ankara-Téhéran et le rôle des Etats-Unis en Syrie. Nilüfer Koc est co-présidente du Congrès national du Kurdistan (KNK), une fédération internationale de partis, d’organisations et d’individus kurdes basée à Bruxelles

Quelle est la situation actuelle dans l’Afrin caton au nord de la Syrie occupée par la Turquie ?

La plupart des civils ont été évacués le 17 mars vers les régions arabes voisines. Dans la ville, cependant, il y a encore environ 30 000 habitants. Afrin est actuellement gérée par la milice djihadiste et militaire turque. Sur les bâtiments de ces institutions qui constituaient auparavant l’administration autonome du canton, partout des drapeaux turcs ont été hissés. Maintenant, Ankara veut composer un « Conseil » qui devra gouverner Afrin. Il s’agira de ces Kurdes qui, depuis des années, font partie de l’opposition syrienne qui a son bureau à Istanbul. Comme l’a souligné le ministre turc de la Défense Nurettin Canikli la semaine dernière, ce « Conseil » devra alors prendre en charge Afrin – il est donc destiné à constituer une occupation permanente similaire à elle de 1974 à Chypre.

La Turquie a également envoyé un « gouverneur » spécial pour la zone kurde située en territoire syrien.

Exactement. Cela a exigé qu’Afrin devienne une province turque rattachée à la ville turque d’Antakya. Fondamentalement, il veulent annexer Afrin. Le gouvernement turc tente actuellement de réaliser son « rêve ottoman ».

Y a-t-il encore de la résistance dans les zones occupées ?

La résistance n’est pas terminée. Les unités de la Défense du peuple et des femmes YPG et YPJ effectuent des actions de guérilla. Ils se battent contre les djihadistes et les unités turques spéciales qui sont sur place. La guerre de guérilla est en cours, mais les conditions sont plus difficiles dans les villes que dans les montagnes. Malgré cela, nous nous battons et il y a des actions efficaces contre la puissance occupante.

Comment configurez-vous la situation des civils à Afrin ? Il y a des accusations répétées contre la Turquie pour violation des droits de l’homme.

Ceux qui s’opposent aux nouveaux potentats sont mis en prison. Bien sûr, ils n’ont aucun droit, peut-être un avocat ou quelque chose comme ça. Ils disparaissent simplement en prison – et la torture y est utilisée. Des jeunes femmes ont également été kidnappées, de la même manière que les femmes yézidies dans les montagnes du Sinjar qui ont été enlevées par « État islamique ».

En outre, ils ont l’intention d’introduire un nouveau système scolaire, ils veulent forcer la population à apprendre le turc. Les gens dans ces conditions ont manifestement peur d’exprimer leurs opinions ou de se déplacer librement dans la ville. Ils vivent dans la peur. Des djihadistes d’un côté, mais aussi des soldats turcs. La Turquie se comporte comme une puissance coloniale et veut forcer tous les habitants d’Afrin à se soumettre à ses règles. Les citoyens d’Afrin sont devenus des prisonniers dans leur propre ville.

Comment est le plan du président turc Recep Tayyip Erdogan ? Il annonce également l’intention d’attaquer d’autres villes dans le nord de la Syrie – Aïn al-Arab et Qamishli – La ville de Manbij et la région yézidie de Sinjar en Irak.

Le silence de l’OTAN et des Nations Unies, de l’UE et des États-Unis face aux crimes de guerre et aux crimes contre l’humanité turque dans la conquête d’Afrin, en Turquie, l’interprète comme un soutien à son travail. C’est considéré comme légitime. Maintenant, il veut continuer cette politique d’expansion néo-ottomane.

La planification devrait être la suivante: maintenir le siège d’Afrin et continuer ensuite jusqu’à Manbij; alors pour Kobane. Et en même temps attaquer le Sinjar irakien de l’autre canton dans le nord de la Syrie, Cizire. Pour la réalisation de ce plan, Ankara a déjà renforcé ses troupes dans la zone frontalière entre le Rojava et le Kurdistan irakien. Même des unités spéciales ont été transférées là-bas. De temps à autre, le passage frontalier de Semalka a déjà été attaqué (entre le nord de la Syrie et la région autonome kurde  du nord de l’Irak).

Erdogan, en raison de l’absence de réactions internationales, voit la possibilité d’imposer une politique systématique anti-kurde. Tout ce que les Kurdes ont construit quelque part doit être détruit – dans le nord de la Syrie comme dans le Kurdistan irakien. Les Kurdes doivent s’incliner devant la puissance coloniale turque selon son désir.

Il voit surtout ses opportunités dans la nouvelle variante du conflit entre la Russie et les Etats-Unis. Cette guerre de concurrence est exploitée par la Turquie pour mettre en place des stratégies anti-âge et rétablir des territoires autrefois ottomans. Ils sont l’intention d’incorporer Afrin mais Erdogan veut aller plus loin, même jusqu’à Alep. Et du côté irakien de Sinjar à Mossoul.

Dans le contexte du conflit américano-russe, une nouvelle coalition s’est développée: entre Moscou, Téhéran et Ankara. Comment évaluez-vous cette alliance ? Est-il stable ou face aux intérêts encore très différents de ces États voués à l’échec ?

Une sorte de bloc eurasien est créé. Cependant, il est douteux que ce soit une alliance stratégique. Historiquement, les trois nations ont eu des conflits les uns avec les autres. Et tous les trois veulent des choses différentes. Ils ne sont trouvés ensemble que sous la direction russe. Moscou est le patron de cette alliance. Sans l’approbation de la Russie, cela a également été clairement indiqué par le conseiller en chef d’Erdogan, pas même un drone turc pourrait voler sur Afrin.

Vladimir Poutine veut placer en Syrie cette alliance eurasienne contre l’Atlantique, puis l’OTAN. Et les Russes ont intérêt à retirer la Turquie de l’OTAN.

Il s’agit maintenant de contrôler les territoires. De ce point de vue aussi la Turquie et les djihadistes qui coopèrent avec elle sont un instrument de la Russie. D’un autre côté, la Turquie a aussi ses propres intérêts, donc cette alliance ne durera pas longtemps.

D’un autre côté, nous avons la présence américaine en Syrie. On dit toujours que les territoires kurdes feraient partie du territoire syrien contrôlé par les États-Unis. Mais cela n’a jamais été le cas. La Russie était également présente sur le territoire de la Fédération démocratique de Syrie du Nord – tout comme les États-Unis. Pour cela, cependant, les forces kurdes n’étaient ni pro-russes ni pro-américaines.

Dans l’ensemble, pour tous les pouvoirs, il s’agit de diviser la Syrie par la violence. Il y a aussi des échanges, de sorte que par exemple la Turquie autorise les villes à les laisser au régime d’Assad, mais en retour elle a accès à d’autres villes.

Ce que le mouvement kurde a voulu empêcher dans les sept dernières années, à savoir la division du pays, est maintenant accompli.

Mais si la Russie permet maintenant à la Turquie d’occuper une partie de la Syrie, elle est également négative pour le plus important allié de Moscou en Syrie, le gouvernement de Damas. Comment Assad réagit-il à cette politique ? Y a-t-il une contradiction ?

Assad compte peu. Cela a également été clairement vu à Afrin. Peu de temps avant l’attaque contre la Turquie, l’administration locale a appelé le régime à protéger les frontières – c’est en fin de compte le territoire syrien. Assad n’a envoyé que des milices symboliques parce que la Russie avait donné son feu vert.

Le régime n’a plus de poids à prendre au sérieux. Il est sous le contrôle de la Russie, dépend de Moscou et de Téhéran. Assad est fondamentalement une marionnette.

Cependant, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé cette semaine la Turquie à rendre le contrôle d’Afrin à Damas. Est-ce juste de la rhétorique ?

Je pense que d’un côté ils sont potins. D’un autre côté, il pourrait être utilisé pour apprivoiser l’Iran. Téhéran ne veut pas que la Turquie s’étende trop.

Cela pourrait aussi être un signal verbal aux Kurdes, pour les ramener à bord. Avant qu’Afrin soit assiégé par la Turquie, il y avait des entretiens avec la Russie. Moscou a exigé que l’administration locale d’Afrin se soumette au régime et le jour suivant, les avions de combat turcs ont survolé Afrin. La Russie a commis un abus de confiance absolu. Maintenant, la Russie veut se rapprocher des Kurdes  avec ce type de déclaration car le mouvement kurde reste un facteur décisif en Syrie.

Mais je pense aussi que la Russie sait très bien qu’elle ne pourra plus sortir la Turquie de là. Erdogan a déjà déclaré que Lavrov n’a pas son mot à dire à ce sujet.

Y a-t-il encore des pourparlers entre les forces kurdes et la Russie ?

La stratégie du mouvement kurde a toujours été celle d’une «troisième voie», ce qui signifie que la porte du dialogue avec toutes les parties est toujours ouverte. Cependant, après Afrin, toutes les discussions sont menées avec plus de sensibilité. Ce qui est arrivé à Afrin a montré que même les négociations diplomatiques n’ont plus aucun sens. Bien que cela continuera d’être un dialogue, nous ne voulons pas être écrasés entre les grandes puissances.

Nous venons aux États-Unis. L’alliance des forces kurdes a toujours eu une fonction de protection contre la Turquie. Mais à la fois dans les bombardements de l’usine YPG de Karacok l’année dernière et même maintenant dans le cas d’Afrin, Washington a abandonné les Kurdes. Il n’y a plus d’alliance ?

Concernant Afrin, beaucoup prétendent que les Kurdes auraient perdu. Je dirais qu’ils ont perdu ceux qui ignoraient la question kurde. Parce que l’avenir de la Syrie ne peut être décidé sans les Kurdes. De plus, l’avenir de la Syrie est également lié à celui de l’Irak et de la Turquie – et même là, il y a des Kurdes.

La politique d’alliance a jusqu’ici été caractérisée par la guerre contre « l’Etat Islamique ». C’était une alliance militaire et non stratégique, ni avec les États-Unis ni avec la Russie.

Notre stratégie était que le peuple syrien construise quelque chose pour lui-même – ce qui s’est réellement passé dans certaines parties de la Syrie. Cette solidarité des peuples s’est également manifestée dans l’attaque contre Afrin. Les combattants chrétiens et arabes sont venus à Afrin, maintenant la population arabe à Sheba a accueilli les réfugiés kurdes d’Afrin. C’est le grand succès de cette stratégie.

Maintenir un dialogue diplomatique avec tous les Etats présents ici : que ce soit la France ou les Britanniques, les Etats-Unis ou la Russie. Nous essayons de les convaincre tous qu’une division de la Syrie ne peut pas être la solution. Nous avons une alternative différente: les citoyens doivent décider eux-mêmes de l’avenir de leur pays. Il est important que nous discutions enfin d’une solution à partir de la base et que les gens ne soient pas toujours considérés comme des victimes passives des grandes puissances.

Nous persévérons sur ce but et toutes les négociations diplomatiques sont menées sur cette base. Nous voulons une Syrie unitaire et démocratique. Et nous ferons tout notre possible pour que le pays ne soit pas divisé. Nous ne voulons pas d’un deuxième Irak ici, d’une autre Libye. Le chaos qui a été généré au Moyen-Orient ces dernières années, nous ne voulons pas le voir en Syrie. C’est pourquoi nous continuons la lutte.

La destruction de la Libye et de l’Irak est clairement le résultat de la politique impérialiste américaine. Comment évaluez-vous la stratégie américaine actuelle ? Parfois, il semble presque que Washington agit d’une manière confuse. Un jour l’annonce d’un retrait de troupes, au lendemain du discours sur le «le changement du régime». Les États-Unis ont-ils actuellement une stratégie pour cela ?

La stratégie américaine est claire. Mais en Syrie, ils ne peuvent pas l’appliquer comme ils ont pu le faire en Libye ou en Irak parce que maintenant la Russie est aussi sur le terrain. Washington poursuit un plan pour diviser la Syrie en trois zones, basées sur des critères ethniques: une zone pour les Alaouites, une pour les Sunnites, une pour les Kurdes. De la même manière que les Etats-Unis en Irak. De cette façon, ils pourraient naturellement mieux contrôler la région. Précisément selon une méthode classique: diviser pour régner!

Mais il y a aussi la Russie et elle dit : eh bien, si vous divisez le pays, il y a aussi quelques zones qui me touchent. Cela rend la mise en œuvre de leurs plans plus difficile pour les États-Unis. Il était également inattendu pour eux que la Russie puisse avoir autant de mains en si peu de temps. En même temps, en Syrie, l’avenir de la Russie au Moyen-Orient est également décidé. Même la Russie dans le Proche et Moyen-Orient scénario joue un rôle si central après la sortie de l’Union soviétique est un nouveau développement.

Ce que nous devons éviter, c’est que la Syrie devienne une zone de guerre entre le bloc eurasien et le bloc atlantique. La Syrie est toujours un pays indépendant et les propriétaires de ce pays sont les peuples de la Syrie. Ni Poutine ni Donald Trump ne devraient avoir quelque chose à dire. Les États-Unis et la Russie devraient disparaître de la Syrie.

source : https://www.jungewelt.de/artikel/330808.weder-putin-noch-trump-sollten-in-syrien-etwas-zu-sagen-haben.html

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici