Les Etats-Unis et la Turquie pourraient entrer en guerre

0
293

C’était un roman nationaliste avec une conspiration folle, mais en Turquie ce fut un best-seller instantané. Il y a presque 15 ans, les romanciers turcs Orkun Ucar et Burak Turna ont écrit un thriller intitulé Metal Firtina (Tempête de métal), qui décrit une guerre américano-turque dans laquelle les Etats-Unis occupent Istanbul. Un agent turc fait exploser une ogive nucléaire volée à Washington pour venir au secours de la Turquie. Alors que la prémisse était farfelue, de nombreux commentateurs turcs à l’époque ont suggéré qu’un conflit entre les Etats-Unis et la Turquie pourrait devenir réalité. Il est temps de reconnaître qu’ils avaient raison.

Non, les Etats-Unis ne vont pas lancer une attaque surprise contre la Turquie, leur allié putatif de l’OTAN dans les prochaines années, mais la trajectoire que le président Erdogan a prise en Turquie suggère l’hostilité et le conflit plutôt que le partenariat et la coopération. sont inévitables. Bien que peu probable, il n’est plus inconcevable que la Turquie et les États-Unis se tirent un jour l’un contre l’autre.
 
Considérez le chemin qu’Erdogan a pris en Turquie :
 
Erdogan est maintenant plus amical envers la Russie et l’Iran qu’envers les États-Unis. Washington a tendance à s’auto-flageller et à supposer que la détérioration des relations est de notre faute, mais ce n’est pas le cas. Le déplacement d’Erdogan vers la Russie n’avait rien à voir avec le soutien américain aux Kurdes. Après tout, Moscou a accueilli des dirigeants politiques kurdes syriens tandis que Washington a accédé à la demande d’Ankara de les maintenir isolés. Et quand les Kurdes syriens ont tué les troupes turques envahissantes, ils l’ont fait avec des Kalachnikovs et des RPG, des armes qu’ils avaient reçues de la Russie ou de ses clients, pas des Etats-Unis. Au contraire, le tournant de la Turquie vers la Russie est motivé par une animosité anti-américaine profondément enracinée et idéologique parmi les principaux dirigeants de la Turquie. Anti-américainisme, l’incitation anti-occidentale et anti-OTAN sont des thèmes quotidiens des discours d’Erdogan.
 
L’armée turque est maintenant un moteur de l’islamisme plutôt qu’un bastion de la laïcité. Depuis l’époque d’Erdogan, tous les officiers jusqu’au lieutenant-colonel sont nés et, à cause de la manipulation des promotions par Erdogan, à peu près tous les officiers de drapeau avec deux, trois ou quatre étoiles sont maintenant les hommes d’Erdogan. Hulusi Akar, le commandant de l’état-major turc, trahit ses collègues et ses serments pour des raisons d’ambition personnelle. Ces dernières semaines, Fetih TV a montré des images de mollahs extrémistes islamistes en visite dans des unités militaires turques. Dogu Perincek, le guide philosophique de l’armée turque, est un ancien maoïste farouchement anti-OTAN et pro-russe. Adnan Tanriverdi, conseiller militaire d’Erdogan, est un islamiste qui a fondé la SADAT, qui forme maintenant le noyau de la milice personnelle d’Erdogan, l’équivalent turc du corps des gardiens de la révolution islamique en Iran.
 
Il y a très peu de discipline dans l’armée turque. Erdogan a purgé la plupart des officiers professionnels. Ceux qui restent sont en train de faire des vidéos en l’honneur des dirigeants mafieux reconnus comme Sedat Peker ou des chefs de gangs comme Burak Doner. Alors que les Etats-Unis ne veulent peut-être pas déclencher une guerre avec la Turquie, il est concevable qu’un islamiste radical au sein de l’armée turque entreprenne une action qui sollicitera une réponse.
 
La Turquie est devenue un commanditaire de la terreur. Erdogan embrasse les dirigeants les plus militants du Hamas et les arme. Il n’y aurait pas eu d’État islamique en Irak et la Syrie n’aurait pas été ouverte à des dizaines de milliers de combattants étrangers. Les propres courriels du gendre d’Erdogan montrent qu’il a profité de l’État islamique alors que des milliers ont péri entre leurs mains. Quand les journalistes turcs ont fourni des preuves photographiques qu’Erdogan armait une filiale d’Al-Qaïda en Syrie, il a fait emprisonner les journalistes. L’Occident pourrait encourager le prince héritier saoudien Mohammad Bin Salman à lutter contre l’extrémisme après des décennies de parrainage saoudien, mais la Turquie prend le relais en Asie, en Afrique et en Europe. Le financement des mosquées radicales par la Turquie signifie maintenant qu’il endoctrine, finance et forme la prochaine génération d’extrémistes.
 
Les menaces turques contre les Etats-Unis et leurs alliés deviennent monnaie courante. Après que Noble Energy, basé à Houston, a commencé à forer dans les eaux chypriotes en septembre 2011, le ministre turc Egemen Bagis a averti le personnel américain de ne pas entrer dans la région et a déclaré: «C’est ce que nous avons pour la marine. Nous avons formé nos marines pour cela; nous avons équipé la marine pour cela. Toutes les options sont sur la table; tout est possible. »Les suggestions récentes d’Erdogan de créer« une armée de l’Islam »ne sont pas, selon Erdogan, une simple rhétorique.
La Turquie a toujours été revancharde, mais comme l’économie de la Turquie faiblit (la devise de la Turquie a perdu plus de la moitié de sa valeur sous la direction d’Erdogan), Erdogan a augmenté ses revendications sur le territoire voisin. Considérez ce qui suit : La Turquie occupe un tiers de Chypre et occupe des territoires en Irak et en Syrie contre la volonté de ces deux gouvernements. Au cours des derniers mois, M. Erdogan a également revendiqué des parties de la Grèce et de la Bulgarie. Encore une fois, ce n’est pas une simple rhétorique : les incidents entre la Grèce et la Turquie ont explosé.
L’Occident a un problème avec la Turquie et il est ridicule de prétendre le contraire. Oui, la Turquie est stratégique, mais elle est perdue. Elle a basculé dans le camp russe, tout comme l’Égypte et la Libye pendant la guerre froide. La différence était alors que l’Occident a reconnu le revers et s’est déplacé pour le contenir ; ils n’ont pas prétendu que l’alliance persistait et permettaient aux ennemis d’accéder librement aux secrets de la défense, ni de partager des renseignements ou des avions de dernière génération avec un ennemi.
Bien qu’il soit à la mode parmi les diplomates et certains analystes de prétendre que la nature transactionnelle de la Turquie d’Erdogan nécessite un engagement plus ciblé plutôt que coercitif, de tels efforts ont un très mauvais bilan. En effet, pendant la majeure partie des 15 dernières années, l’hostilité turque s’est développée dans le contexte du déni de l’OTAN et du déni, du désengagement et de l’engagement de Bush et d’Obama. Plutôt que de la diplomatie intelligente, les efforts visant à engager Erdogan maintenant semblent inconfortablement ceux engagés pour modérer Saddam Hussein il y a trois décennies. Le 15 juin 1990, feu le sénateur Arlen Specter a expliqué son opposition aux sanctions militaires contre l’Irak. « Il y a une opportunité, ou peut-être une opportunité, de poursuivre les discussions avec l’Irak », at-il dit, « Et je pense que ce n’est pas le bon moment pour imposer des sanctions. » Quand Spectre a pris la parole au Sénat, la notion de guerre avec l’Irak était considérée comme folle. Mais moins de deux mois plus tard, les actions de Saddam mettent les États-Unis sur le pied de guerre. Ce qui était autrefois inimaginable est devenu une possibilité.
Comme Erdogan choisit son chemin, il appartient aux États-Unis et à l’Europe de reconnaître que ce qui était auparavant hors du domaine des possibilités est maintenant possible. Et alors que tous les efforts doivent être déployés pour éviter un tel scénario, il est au moins temps d’isoler plutôt que de s’associer avec Erdogan. Il est temps de retirer tout le personnel américain (et toutes les ogives nucléaires restantes) de la base aérienne d’Incirlik et de trouver une autre maison, avant de repousser les foules nationalistes à Incirlik qui devient elle-même un point d’éclair pour le conflit. Il est essentiel que la sécurité nationale américaine coupe la Turquie du partage de renseignements et de la technologie militaire (…) et reconnaisse que la prévention des conflits nécessite une meilleure préparation des états régionaux comme la Grèce, Chypre, Israël, Roumanie, Kosovo, Bulgarie Irak, ainsi que des Kurdes syriens et irakiens, pour contrer également le défi turc. Les historiens peuvent débattre de qui a perdu la Turquie, mais ce qui est évident, c’est que la Turquie n’est plus simplement un ami et un allié, mais plutôt un adversaire et un belligérant potentiel.
Article d’origine ici :
https://www.washingtonexaminer.com/opinion/the-us-and-turkey-could-go-to-war

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici