Disputes au département de la kurdologie d’INALCO

0
1230
PARIS – Des étudiants du département kurde d’INALCO ont adressé une requête au recteur contre leur professeur Ibrahim Seydo Aydogan. Ali Tanriverdi, un proche d’Aydogan s’oppose à eux, disant que : « C’est une mesure négative contre Aydogan et contre le Département de kurdologie. Ils ne veulent pas des deux. » L’enquête a commencé. D’autre part, Ibrahim Seydo Aydogan serait en train d’intenter une action en justice contre les élèves en question. (via Diyarname)
 
L’Institut national des langues et civilisations orientales, dit Langues O’, est un établissement français d’enseignement supérieur et de recherche chargé d’enseigner les langues et civilisations autres que celles originaires d’Europe occidentale. Il a été ouvert en 1669 pour permettre aux traducteurs de parler couramment les langues orientales. L’objectif était que cette traduction aide les ambassadeurs et consuls français qui viendraient dans les pays de l’Est. Ces travaux se sont poursuivis jusqu’à sa fermeture en 1873. Ensuite, il a recommencé à fonctionner et il y a maintenant de nombreuses parties en turc et en kurde. La section kurde a été ouverte en 1948. Michael Chyet était un enseignant kurde au début des années 2000. Aujourd’hui, le nombre d’étudiants dans le département de kurdologie est de 40.
 
Dispute entre monsieur Aydogan et certains de ses élèves
 
La dispute qui a commencé en juin dernier entre des étudiant.e.s en kurdologie à l’Inalco et l’enseignant Ibrahim Aydogan est allé loin. En effet, en juin dernier Ibrahim Aydogan était venu à son examen qui avait lieu sur Zoom avec plus de 50 minutes de retard, sans s’excuser. Ce qui aurait agacé un peu plus ses étudiants qui étaient visiblement déjà mécontents de sa façon de faire ses cours.
 
Les étudiants auraient demandé que l’examen soit annulé et qu’ils soient notés selon leurs notes obtenues lors des examens de fin de l’année. Suite à la demande refusée par Monsieur Aydogan, les étudiant.e.s, saisissent l’administration de l’Inalco qui examine la situation et décide la neutralisation de l’examen.
 
Monsieur Aydogan réagit à cette décision sur les réseaux sociaux en condamnant la démarche des étudiants, disant qu’ils seraient expulsés de l’INALCO. Suite à cela, les étudiant.e.s prennent contacte avec l’administration de l’Inalco et apprennent que ce qu’a écrit monsieur Aydogan ne reflétait pas la vérité, car Inalco n’est pas au courant des démarches d’Aydogan et le président de l’Inalco convoque Aydogan. Le président demande à monsieur Aydogan de mettre fin à cette dispute et de continuer à exercer son métier d’enseignant au sein d’une université publique.
 
Mais lors de ses 3 cours à l’Inalco (réalisé via ZOOM) de la rentrée 2020/2021, Aydogan reparle de ce qui s’est passé et profère des propos qui choquent les étudiant.e.s. Ces derniers reprennent contact avec l’administration et signalent les propos d’Aydogan. L’administration de l’Inalco décide alors de suspendre sa mission et d’exclure monsieur Aydogan de l’Inalco jusqu’à la fin de son enquête concernant Aydogan et ses élèves. Cette décision, qui a pris effet à partir de 21 octobre, a été accrochée au sein de l’INALCO (voir l’image ci-dessous). 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici